Le poète n’est pas un menteur

Il gratte les cordes de sa guitare,
une vague noire, une ombre,
ça le prend, comme ça,
une onde, quelques éclairs,
ça circule, il chante,
mouvements brûlants, le feu danse,
l’eau tourbillonne, flux d’énergie,
et plus fort, en cascade,
la lune s’étire, le soleil hurle,
en transe, il tonne sa nuit,
ses rêves lucides, puissants,
mélodiques, harmonie du cosmos,
possédé, et il aime ça,
il embarque dans le navire obscur
de ses fantasmes, vaste écorchure,
fanfare, détonation, puissance de vie,
il est sincère, il pousse, frotte ses accords,
il ne ment pas, il joue ses rêves,
explosion du silence, mille phares célestes,
un poème s’élance dans l’univers.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s